Le dépistage organisé du cancer du sein

L

e cancer du sein est le cancer le plus fréquent de la femme et cette fréquence augmente avec l’âge. S’il n’y a pas actuellement de moyen pour prévenir son apparition, on peut par contre déceler un cancer à un stade précoce grâce à une mammographie de dépistage.

Chacune de vous risque un jour d’être confrontée à cette maladie, puisqu’on estime qu’une femme sur huit sera atteinte par ce cancer au cours de sa vie.

C’est pourquoi, en partenariat avec le Ministère de la Santé, l’Agence Régionale de Santé de Bretagne, les Caisses d’Assurance Maladie et le Conseil Départemental des Côtes d’Armor, l’ADEC Armor (Association pour le dépistage des cancers en Côtes d’Armor) a mis en place un programme de dépistage systématique pour les femmes de 50 à 74 ans.


En quoi consiste la mammographie de dépistage ?

Le programme propose à toutes les femmes de 50 à 74 ans révolus de faire réaliser
gratuitement une mammographie chez un radiologue agréé pour le dépistage. Cet
examen est à renouveler tous les 2 ans.

Lors de la visite au cabinet de radiologie, apportez votre lettre d’invitation, ou l’ordonnance de votre médecin, votre carte vitale et vos anciens clichés mammographiques, si vous en avez. Le radiologue vous posera quelques questions concernant vos antécédents et procèdera à un examen clinique de vos seins.

L’examen radiologique est complètement pris en charge par la Caisse d’Assurance Maladie.

Une manipulatrice agréée réalise la mammographie en pratiquant deux clichés par sein. Ce test fiable et rapide est parfois un peu désagréable chez les femmes ayant des seins sensibles.

Invitation sein

Dans certains cas, le radiologue peut être amené à compléter son diagnostic par des examens complémentaires, tels que l’échographie. Cet examen, par contre, est facturé et remboursé par l’Assurance Maladie dans les conditions habituelles. La mutuelle prend ensuite en charge la partie non remboursée par l’Assurance Maladie.

S’il n’y a aucune anomalie à la mammographie

Cette seconde lecture est un gage de fiabilité et assure un maximum de sécurité. Elle améliore d’environ 7% les performances du dépistage.

ou si les examens complémentaires sont négatifs, les clichés sont transmis à l’ADEC Armor pour une seconde lecture par un radiologue second lecteur, ayant suivi une formation spécifique. Si aucune anomalie n’est constatée lors de cette seconde lecture, les clichés sont renvoyés au domicile de la patiente par voie postale dans les meilleurs délais. La patiente sera alors invitée à renouveler l’examen radiologique 2 ans plus tard.


Les avantages et les inconvénients de la mammographie de dépistage

Les avantages

  • C’est un examen simple et rapide qui fait l’objet d’un contrôle de qualité permanent, intéressant les radiologues, les manipulateurs et le matériel.
  • Il permet de rassurer plus de 99% des femmes.
  • C’est un examen performant. En effet, c’est le seul examen qui permet de détecter un cancer à un stade auquel il ne peut être palpé et ne provoque aucun symptôme. Il permet de ce fait de gagner 2 à 3 ans pour la mise en route d’un traitement.
  • Ce diagnostic précoce du cancer augmente considérablement les chances de guérison. Découvert tôt donc de petite taille ce cancer peut être beaucoup plus souvent traité par simple ablation de la tumeur (tumorectomie) sans ôter le sein et le plus souvent sans déformation significative. On peut dire qu’une tumeur de moins de 1 cm peut être guérie dans 90% des cas.

Les limites et inconvénients

  • La compression du sein, indispensable lors de la prise des clichés pour améliorer leur qualité peut être inconfortable et légèrement douloureuse chez certaines femmes pendant un bref instant. Si vous avez encore des règles, il est préférable de pratiquer l’examen dans les jours qui suivent celles-ci. Evitez, le jour de l’examen, de mettre des sprays, des crèmes ou de la poudre sur les seins ou les aisselles.
  • La dose d’irradiation est négligeable grâce à la qualité des appareils utilisés et aux contrôles réguliers assurés par le programme de dépistage organisé.
  • La constatation d’une anomalie sur les clichés peut engendrer une anxiété momentanée qui sera levée plus de 9 fois sur 10 par les examens complémentaires pratiqués immédiatement.
  • Très exceptionnellement, certains cancers peuvent ne pas être vus sur les mammographies ou survenir dans l’intervalle de 2 ans séparant deux dépistages. C’est la raison pour laquelle, malgré une mammographie normale, il est souhaitable que vous palpiez vos seins une fois par mois et de demander à votre médecin de le faire, à l’occasion d‘une consultation. C’est naturellement moins efficace qu’une mammographie mais utile dans la période entre 2 dépistages.

Foire aux questions

        Je n’ai pas reçu mon invitation, comment faire ?

Vous pouvez vous adresser à l’Adec Armor au 02 96 60 83 00.
Ou remplir le formulaire : Contacter l’Adec Armor

        Les cancers du sein sont-ils fréquents et est-ce une maladie grave ?

Le cancer du sein est le plus fréquent des cancers féminins. Chaque année, 42 000 nouveaux cas sont diagnostiqués en France. Ce nombre a doublé en 20 ans. Une femme sur 8 sera atteinte d’un cancer du sein dans son existence.
C’est aussi une maladie grave, première cause de décès chez la femme (environ 11 500 décès annuels).

        Quels sont les facteurs de risque du cancer ?

La fréquence du cancer augmente avec l’âge. C’est entre 50 et 74 ans que les femmes ont le plus de risque de développer un cancer du sein. C’est pourquoi, cette tranche d’âge a été choisie pour le dépistage organisé.
Toutefois, en fonction de l’histoire personnelle de chaque femme, votre médecin peut vous proposer un dépistage plus précoce ou après 74 ans. On parle alors de dépistage individuel.
Le plus souvent on ne retrouve pas de facteurs favorisants expliquant l’apparition d’un cancer. Cependant, l’existence d’antécédents familiaux (cancer chez la mère, sœur, tante), augmente le risque.
Certains facteurs peuvent aussi influencer le risque d’apparition d’un cancer : absence de grossesse, âge tardif de la première grossesse, ménopause tardive, alimentation riche en graisses, surpoids,…

        Existe-t-il des signes d’alerte ?

A un stade précoce, il n’y a aucun signe à l’examen clinique d’où l’intérêt de la mammographie.
A un stade ultérieur, les principaux signes d’alerte sont :

  • Une grosseur dans le sein ou dans l’aisselle
  • Une modification de forme ou de taille du sein
  • Un changement de la peau du sein, de l’aréole, du mamelon
  • Un écoulement de sang ou autre par le mamelon

        Je n’ai pas de boule dans le sein, je me porte bien, pourquoi faire quand même une mammographie ?

La palpation permet rarement de détecter des lésions de moins de 10 mm alors que la mammographie permet de les déceler et le taux de guérison approche dans ce cas de 100%.

        Quels sont les avantages d’une mammographie de dépistage organisé par rapport au dépistage individuel ?

C’est un examen simple et rapide à répéter tous les 2 ans et qui permet de rassurer plus de 98% des femmes sur la santé de leurs seins. Passé 50 ans, c’est l’examen le plus performant pour détecter une tumeur précoce. La mammographie de dépistage organisé est identique à la mammographie de dépistage individuel avec des avantages en plus :

  • Elle est prise en charge à 100% par votre Caisse d’Assurance Maladie
  • Elle vous permet de bénéficier d’une double lecture des clichés mammographiques par un radiologue spécialisé et formé.
  • Les radiologues seconds lecteurs de l’ADEC Armor ont suivi une formation spéciale et s’engagent à lire un grand nombre de mammographies chaque année.

        Le délai de deux ans entre deux examens n’est-il pas trop long ?

Le temps de croissance moyen d’une tumeur du sein est relativement long. Un intervalle de deux ans entre deux examens permet dans la très grande majorité des cas de détecter un cancer à un stade précoce.

        Quels sont les critères d’exclusion du dépistage organisé ?

Dans le cadre du 3ème Plan Cancer mis en place par l’Etat, il est proposé à toutes les femmes de 50 à 74 ans de faire réaliser tous les deux ans, par un radiologue agréé pour le dépistage organisé, un examen clinique et une mammographie.
Mais, dans quelques cas, le médecin traitant ou le radiologue peut juger qu’une surveillance régulière est préférable en raison :

  • d’antécédents personnels (cancer ou lésions précancéreuses)
  • de certains antécédents familiaux de cancer du sein ou de l’ovaire
  • de la présence avérée d’un gène de prédisposition
  • de la surveillance d’une image anormale découverte sur les mammographies antérieures.
  • de la réalisation de la mammographie suite à la découverte d’un signe clinique anormal
      Dans ces différents cas, on parle alors de dépistage individuel.

      Par ailleurs, chez les femmes de plus de 74 ans, il est conseillé de continuer à pratiquer une mammographie tous les deux ans, là encore en dépistage individuel.

        Comment se traite le cancer du sein ?

Le traitement du cancer du sein repose sur la mise en œuvre de différents moyens, le plus souvent associés entre eux, chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie et hormonothérapie.

Toute découverte d’un cancer du sein est suivie d’une discussion en « réunion de concertation pluridisciplinaire » entre plusieurs professionnels de santé de différentes spécialités. A l’issue de cette réunion, la meilleure stratégie thérapeutique sera arrêtée puis présentée à la patiente. Les critères déterminants dans cette décision thérapeutique sont la nature de la tumeur, l’âge et l’état de santé de la femme au moment du diagnostic. D’autres facteurs interviennent dans le choix des différentes méthodes de traitement comme la taille et la localisation de la tumeur, l’état des ganglions, l’aspect et l’agressivité des cellules, la sensibilité aux hormones,…

La chirurgie est le traitement le plus courant. Dans un grand nombre de cas, l’ablation du sein (mastectomie) peut être évitée et les chirurgiens enlèvent alors largement la tumeur (tumorectomie) en conservant le reste de la glande mammaire. Cette technique est utilisée pour les tumeurs inférieures à 3 cm. A noter que l’ablation du sein est devenue beaucoup moins mutilante car elle conserve les muscles pectoraux. De plus, les techniques de reconstruction immédiate ou différée ont également beaucoup progressé.

La radiothérapie détruit les cellules cancéreuses à l’aide de radiations à haute fréquence. Cette technique est appliquée, selon les cas, sur la glande mammaire, sur la paroi thoracique et sur les ganglions de l’aisselle. Ce traitement dure environ 5 à 6 semaines et se pratique généralement sans hospitalisation.

La chimiothérapie est un traitement médicamenteux administré par injections et dure environ 6 mois. Les effets secondaires les plus connus (fatigue, nausée, chute temporaire des cheveux) sont de mieux en mieux maîtrisés.

L’hormonothérapie vise à bloquer les hormones produites par l’organisme pour les empêcher de stimuler le développement de la tumeur.

        DINAN

Polyclinique
Imagerie médicale du Pays de Rance
76 rue Chateaubriand
02 96 85 85 50

        GUINGAMP

Cabinet de radiologie
15, rue St Michel
02 96 40 10 00


Pôle de santé de Guingamp
17, rue de l’Armor
02 96 44 56 68

        LAMBALLE

Cabinet de radiologie
18 rue Mouexigné
02 96 50 13 13

        LANNION

Centre Hospitalier
Rue Kergomar
02 96 05 71 51


Cabinet de radiologie
13, rue de Kerampont
02 96 46 10 10


Polyclinique du Trégor
rue Jacques Feuillu
02 96 46 20 30

        LOUDEAC

Cabinet de radiologie
6, Place des Halles
02 96 28 06 00

        PAIMPOL

Centre Hospitalier
Chemin de Malabry
02 96 55 60 45

        PLANCOET

Centre de radiologie
Rue du Dr Calmette
02 96 84 00 48

        ST BRIEUC

Centre Hospitalier Yves le Foll
10, rue Marcel Proust
02 96 01 71 88


Cabinet de radiologie
13, Bd Clémenceau
02 96 33 73 00


Cabinet de radiologie
20, Bd Clémenceau
02 96 62 14 40


Clinique Armoricaine de Radiologie
21, rue du vieux Séminaire
02 96 75 22 21


CHP de St Brieuc
(Polyclinique du littoral)
58, rue Lafayette
02 96 62 78 81